Les phénomènes extraordinaires de conscience.

Bien souvent les phénomènes de conscience sont  perçus négativement voir pathologiques et pourtant nombreux sont positifs et perçus comme une sortie de notre propre conditionnement culturel.  Nous partons du principe que tous les phénomènes extraordinaires sont perçus et/ou créés par le cerveau au fur et à mesure de notre propre éveil à une conscience d’un ordre supérieur. Ces phénomènes sont l’expression d’une forme de langage de nos système cérébraux reptilien, limbique et du néo cortex. Langage dont nous n’avons pas ou plus accès consciemment.

Nous en sommes les décodeurs et encodeurs de notre réalité individuelle et collective et donc de conscience. Nous partons du principes d’une part, que la conscience, donnant une cohérence à notre réalité, est le fruit de notre propre interprétation limitée de cette réalité perçue; et d’autre part, la conscience collective, historique et ancestrale (ambiante) à une influence très importante sur le système de croyances de l’individu ou d’un groupe.

Donc notre propre état de conscience est une vision partielle d’une réelle conscience. Au sens large, une conscience à la fois extérieur et en même temps intérieure à nous même et qu’elle émerge en nous à partir du monde extérieur. Nous l’alimentons et en même elle nous alimente.

Les conséquences des perceptions psi sont variées. Dans certains cas, elles engendrent une simple curiosité. Elles deviennent particulièrement problématiques lorsque certaines personnes se sentent envahies par des impressions qu’elles ne parviennent pas à contrôler. Il convient alors souvent d’essayer de comprendre avec elle quelle est leur nature et leur origine.

Une expérience extraordinaire, est une expérience généralement rare, spontanée ou provoquée, impliquant du point de vue du sujet une interaction non-ordinaire avec son environnement. Elle est souvent accompagnée d’un lâcher prise et d’un grand sentiment de libération lors de son apparition vers une vision positive de la réalité et tout le contraire du côté négatif. Elle engendre souvent des émotions intenses positives ou négatives provenant de son caractère inhabituel et étrange. Elles apparaissent aussi bien pendant le sommeil ou au repos qu’en extrême performance sportive ou intellectuelle, individuellement et par contagion émotionnelle en groupe.

Plus d’une personne sur deux dit avoir vécu au cours de sa vie une telle expérience et elles prennent souvent une grande importance dans la vie psychique de ceux qui les rapportent. L’équilibre psychologique en est souvent amélioré lorsqu’elle est vécue positivement et l’équilibre somatique de la personne peut parfois dépendre de la bonne prise en charge de ce type d’expérience lorsqu’elle est mal vécue.

Même si souvent ces phénomènes font appel aux hallucinations normales ou aux pouvoirs d’auto guérison du client, ils n’en restent pas moins très troublants.

Les perceptions psi peuvent être classées selon 4  formes générales :

  • les impressions intuitives, correspond à un vécu sensoriel et sans images. La personne « sent » qu’elle sait sans savoir comment elle sait.
  • les hallucinations, liées aux perceptions psi, l’information est transmise par le biais d’une hallucination (visuelle ou auditive).
  • l’imagerie visuelle réaliste se produisent quant à elles plus communément durant les rêves.
  • l’imagerie visuelle non réaliste l’information est souvent déformée et de nature métaphorique.

Tout d’abord, certaines expériences concernent des processus qu’on peut qualifier de « perceptifs » :

Les plus fréquentes sont les expériences de perceptions « extra-sensorielles » lors desquelles une personne a l’impression d’obtenir directement des informations intuitives, vives et cohérentes en provenance d’un champ d’informations ou d’un champ de conscience extérieur ou intérieur à soi. C’est une sorte un lâcher prise de notre encodeur décodeur de réalité conditionnée qui ouvre vers une vision du monde plus vaste. Comme si nous prenions conscience du fonctionnement réel de notre cerveau.

Les phénomènes internes à soi:

Des phénomènes apparaissant le plus souvent dans l’enfance et au seuil de la mort. Comme si notre conditionnement culturelle  d’individuation nous empêchait d’y accéder. Accompagné souvent d’une hypersensibilité sensorielle, émotionnelle et corporelle.

·         Vers une autre personne (télépathie), à distance (clairvoyance) ou du futur (précognition).
·         Il peut également s’agir d’expériences de visions ou d’apparitions, de sortie hors du corps (Out of Body Experience) et d’expériences de mort imminente (Near Death Experience) dont la phénoménologie se caractérise par un vécu surgissant le plus souvent lors d’un état de mort clinique ou d’un coma (vision d’un tunnel, revue de vie, etc.).

Il existe également deux registres d’expériences exceptionnelles que l’on peut qualifier de « projectifs » :

Les plus fréquents sont les expériences d’hallucinations projectives positives, c’est à dire la réalité que nous voyons ou que nous ne voyons pas (ne pas voir ses clefs lorsque nous les cherchons), ou encore cette capacité à débloquer, au coeur de notre propre système de croyances, notre pouvoir de guérison sur des événements somatiques que nous avons construit pour nous protéger. Ou encore le plus souvent, des expériences d’hallucinations projective négatives confusionnelles et contagieuses de ce que nous ne croyons pas encore et parfois terrifiantes ou surprenantes plus difficilement acceptables.

Les phénomènes externes à soi:

·         Les expériences de psychokinèse (influence supposée « directe » de la pensée sur la matière)
·         Les cas particulier des poltergeist (déplacements et disparitions d’objets et bruits inexpliqués au sein d’un groupe)
·         Les expériences de magnétisme (guérisons et influences « inexpliquées » sur le vivant).

Entre ces deux pôles un registre qualifié « d’inductif » :

Perméabilité entre le monde ou la membrane intérieur et extérieur à soi avec ou pas de dépassement de soi.Ces expériences ont pour point commun d’impliquer une interaction avec l’environnement selon des modalités que le sujet va interpréter comme étant inexplicables. C’est probablement pour cette raison qu’au-delà de la variété de ces expériences, il est fréquent qu’une même personne en rapporte plusieurs.

Il y a les expériences très positives sur soi qui accroit les performances du cerveau:

·         Les expériences mystiques qui impliquent généralement une communication fusionnelle avec l’environnement, associée parfois à la vision d’une ou plusieurs « entités souvent positives« .
·         Une hyperconscience de soi et hors de soi lors de performance extrêmes ou lors d’efforts ultimes voir de survie au seuil de la mort. Associé d’une hyper sensibilité, hyper lucidité, hyper vigilance, hyper réceptivité, hyper éveil, hyper acuité, hyper clairvoyance, hyper concentration, hyper affectivité, etc…

Et les expériences influençantes de confusion de la conscience dans l’espace et le temps.

·         Il peut s’agir d’expériences médiumniques, qui correspondent à des phénomènes d’incorporation (un esprit « parle » à travers une personne) et à des pratiques spirites variées, souvent de groupe, comme le Oui-Ja (communication avec un « esprit » par le biais d’un verre et de lettres placées en cercle).
·         Vécus de réincarnation (rappel supposé de vies antérieures) et d’abduction (impression d’avoir été enlevé par des extra-terrestres)

Dans la majorité des cas, ces perceptions concernent des proches et des situations perturbantes sur le plan émotionnel. On remarque ainsi une fréquence importante de ce type de perceptions lors de décès, de naissance, d’accident ou de maladie. Cet impact émotionnel rend souvent l’expérience d’autant plus convaincante et significative pour celui qui la vit. C’est également le cas quand ces perceptions concernent des évènements graves comme des attentats ou des catastrophes naturelles. Mais il peut aussi s’agir d’expériences plus banales, comme l’impression de penser à une personne juste avant qu’elle ne vous appelle ou de retrouver un objet grâce à une intuition.